J'commence à m' remplir par le pied gauche, généralement.
Ca monte, doucement.
Les trois paliers.
Chevilles, genoux, trois quarts de la cuisse.
Quand ça arrive au niveau de l'entrejambe, je sais que j'suis tranquille pour un bon moment.
Ca tombe directement de l'autre côté, comme des vases communiquant.
C'est le mouvement inverse pour la jambe droite, c'est comme si j'me vidais.


Quand mes deux jambes sont pleines, ça attaque le bas ventre. 
Y'en a un peu qui vient se loger, dans chacun de mes seins.
Le gauche, le droit.
Et puis le niveau monte, jusqu'aux bras.
Une fois que les deux sont pleins, faut faire attention à plus les lever, sinon ça fait une vague qui peut submerger le visage d'un seul coup.
Et ça c'est assez désagréable.
J'préfère quand ça monte doucement, en fait.


Quand j'commence à régurgiter par la bouche, je sais que c'est l'moment où il faut tout fermer. Fermer tous les clapets.
C'est très rapide après.
Faut rester calme, malgré tout.
J'supporte assez bien jusqu'au front.
Mais à la seconde où mon cerveau est envahi, là, ça va plus du tout.
J'm'évanouis généralement avant la fin.
J'm'évanouis avant d'être totalement submergée.

 [Empty, Empty...]

Quand j'me réveille, ben j'suis vide à nouveau. J'suis complètement vide.
J'suis vide à nouveau.
Complètement vide.
J'ai peur de rouiller quand même, à force, parce que j'le sens déjà.
J'ai de plus en plus de mal .. à sourire.